Intervention Aurélien BERTHOU lors du débat d’orientation budgétaire du 14 mars 2016 en Conseil municipal de gagny

Loading ....
  /  

Merci monsieur le Maire,
Mes chers collègues,

J’ai lu le document que vous nous avez envoyé pour préparer ce débat :
14 pages pour expliquer les bases d’une fiscalité locale, la CVAE, la CFE, les mécanismes de péréquation (FRSIF), la capacité de désendettement, d’autofinancement etc… Un vrai petit cours…
Et une page, une page recto, une page de moins de 300 mots pour « poser » à la fois les orientations 2016 en fonctionnement et en investissement…
Et l’on s’aperçoit qu’il s’agit quasiment au mot pour mot, du même document que l’année dernière ! C’est assez scandaleux… A croire que vous avez fait vous-même un copié collé…

Il s’agit donc toujours de ces mêmes phrases balancées comme des bonnes intentions sans rien derrière, aucune piste, pas un petit paragraphe pour développer, quoi ? Comment ? Combien ? On ne sait pas, passez votre chemin, il n’y a rien à voir…
Pourtant, il y en aurait des choses à dire, surtout avec la mise en place des territoires.

On peut critiquer, à juste titre d’ailleurs,
• soit la réforme qui à institué ces territoires,
• soit sa mise en place en tant que tel,
Mais il paraît compliqué de ne pas en dire un mot dans les orientations 2016. Vous y glissez une référence par-ci par-là, sur « le contexte local » et « les informations sur l’évolution de la situation financière de notre collectivité », mais RIEN, RIEN sur les projets qui demanderont un travail conjoint entre le territoire et la ville.

Je rappelle à mes cher-e-s collègues, que la ville va devoir déposer des projets au territoire pour avoir les financements.
Et ce territoire va gérer des compétences comme :
• le développement de nos quartiers,
• la politique de la ville, l’assainissement,
• l’aménagement, avec le Plan local d’urbanisme (PLU),
• l’habitat et la lutte contre le réchauffement climatique.

Et la seule référence dans ce document concernant le travail en commun avec le territoire c’est la phrase :
« La poursuite de l’important programme de voirie et d’éclairage public en lien avec le territoire pour la partie assainissement »…
Une petite référence sur l’ensemble des compétences…
Rien sur le PLU, pourtant ce serait d’actualité… Lors du Conseil municipal du 16 décembre 2015, nous avons eu un débat concernant l’arrêt du PLU… Qu’est-ce qu’il va s’améliorer en 2016 ? Si l’on fait confiance à vos orientations 2016 : Rien !
Même constat pour le logement et l’habitat ? Quelle orientation pour 2016 ?  Que  comptez-vous faire pour améliorer le cadre de vie ? Mystère. Des Gabiniennes et Gabiniens continuent de vivre à proximité de décharges, les rues sont de plus en plus sales, comme la rue du Général Leclerc, qu’allez-vous faire pour améliorer cela en 2016 ? Si l’on fait confiance à vos orientations 2016 : RIEN !

Vous parlez de vidéo protection, il serait passionnant de savoir où, quand, comment va être déployée la vidéo protection. Quel sera le budget alloué à ce dispositif dont on peut d’ores et déjà prévoir l’inutilité ? Si l’on fait confiance à vos orientations 2016 : RIEN !

En ce qui concerne l’écologie et le développement durable, pas un mot. Nous avons la chance d’avoir sur Gagny des réserves de biodiversité. Ce sont les carrières Saint Pierre et du centre. Pas un mot.
J’ai vu que vous étiez partenaire de « l’association environnement 93 » pour l’exposition ECO2NOME.
Loin de moi l’idée de critiquer une quelconque initiative visant à informer la population sur la façon dont un comportement individuel tourné vers l’économie d’énergie peut contribuer à lutter contre le réchauffement climatique, mais je tiens quand même à informer mes cher-e-s collègues qu’une telle initiative est le minimum, mais vraiment le strict minimum qu’une municipalité puisse faire en matière de politique de développement durable.

S’engager dans un processus de transition énergétique, proposer le chauffage par la biomasse, la géothermie, s’engager dans une politique de rénovation des bâtiments municipaux pour ne plus qu’ils soient des passoires à chaleur, mettre le bio dans les cantines scolaires, proposer des modes de circulation douce, tout cela, monsieur le Maire, vous devriez le faire. Mais, si l’on fait confiance à vos orientations 2016, de tout cela, qu’est-ce que nos concitoyens auront : RIEN !

A l’opposé d’une telle politique, vous préférez vous enfoncer dans des projets inutiles. Je pense bien évidemment à votre parking, dont vous nous avez avoué au dernier conseil que vous n’aviez aucune idée du prix final … Et bien évidement, tout cela sans concertation avec la population…

Vous nous vantez les bons comptes de la commune.
Vous nous vantez  la capacité d’autofinancement.
Vous vous vantez le faible recours à l’emprunt.
Vous allez encore nous dire que vous gérez la ville en bon père de famille.
Mais, monsieur le Maire, un bon père de famille, c’est quelqu’un qui sait prévoir l’avenir.
C’est quelqu’un qui investit pour l’avenir. C’est quelqu’un qui améliore le quotidien.
Les chiffres du ministère des finances sont accablants, monsieur le Maire : là où les villes qui ont la même taille que Gagny dépensent 668 euros par habitants pour l’avenir, c’est-à-dire pour l’investissement, vous n’en dépensez que 359€. C’est moitié moins. Là où les villes de même taille que Gagny ont 661 € de recettes par habitants pour l’investissement, c’est-à-dire pour l’avenir, à Gagny, nous n’avons que 371€. C’est moitié moins.
Et donc, que prévoyez-vous pour l’avenir de votre Ville, Monsieur le Maire ? Que prévoyez-vous pour l’avenir de nos concitoyens ? Si l’on fait confiance à vos orientations 2016 : RIEN !

Les 15 millions d’autofinancement bruts dont vous êtes si fier, Monsieur le Maire, c’est le prix de votre incapacité à prévoir.
C’est en réalité une dette, colossale, que vous faites peser sur la tête de chacun de nos concitoyens, Monsieur le Maire. Cette dette, c’est un avenir mal préparé, une ville sous-équipée, une ville sous-développée pour affronter dans 5 ans, dans 10 ans, dans 15 ans les évolutions et la marche de l’Histoire.

Alors, quand vous écrivez que la jeunesse est pour vous la priorité des priorités, monsieur le Maire, c’est faux !
Quand vous écrivez que vous voulez améliorer le cadre de vie, Monsieur le Maire, c’est faux !
Quand vous écrivez que la petite enfance pour faciliter la vie des familles est votre priorité, Monsieur le Maire, c’est faux !

Voilà monsieur, pour ce débat décevant, avec ce document décevant, pour une politique décevante.

Remonter